Aux origines du barbier

Aux origines du barbier

Aux origines du barbier

L’entretien de la barbe (et des cheveux) est un rituel vieux de plusieurs siècles ou plutôt de plusieurs millénaires… Au cours de toutes ces années, le métier de barbier a évolué, du tonsor au coiffeur-barbier en passant par le perruquier ou le barbier chirurgien, pour retrouver ces derniers temps un certain élan notamment grâce aux tendances actuelles qui font des différents styles de barbe ou de moustache des accessoires de mode distinctifs et même des atouts de séduction.

La naissance des barbiers

Le premier instrument de l’entretien de la pilosité date de l’âge du bronze, témoignant d’une apparition assez précoce de la conscience du devoir ou tout simplement de l’envie de se couper les cheveux. Mais le métier de barbier n’est apparu que sous l’antiquité, d’abord en Egypte puis en Grèce. Les barbiers étaient alors chargés non pas seulement de raser la barbe des hommes mais ils devaient leur couper les cheveux tout comme il devait couper ceux des femmes. L’expansion du métier de barbier s’est faite ensuite assez rapidement. Alexandre le Grand a fait appel à de nombreux barbiers afin que ces derniers coupent la barbe de ses soldats. Cette décision a été prise dans un but pratique, afin d’éviter que les soldats ne puissent se faire attraper par la barbe. Chez les Romains ou les Grecs, la barbe revêtait un aspect plus esthétique, les barbiers, alors également appelés tonsors, devant commencer à travailler les styles de barbe.

Les barbiers en France

En France, les barbiers se sont réunis en syndicat en 1096. Le métier de barbier a été quant à lui inscrit au registre de taille au XIIe siècle. Mais dans les faits, le terme de barbier désignait, sous l’ancien régime, plusieurs professions :
le barbier-perruquier : chargé des soins capillaires et du rasage de la barbe au sein principalement des grandes maisons de l’aristocratie
le barbier-chirurgien : équivalent à un intermédiaire entre un médecin, un barbier-perruquier et un chirurgien de l’époque, il devait effectuer des saignées, des petites chirurgies, des poses de ventouses ou pansements
La distinction entre barbier et chirurgien ne se fit qu’en 1691.

Le déclin puis la renaissance des barbiers

Mais la profession ralentit peu à peu pour disparaître presque complètement au XXe siècle, la faute à l’apparition du rasoir de sûreté puis du rasoir électrique au début de ce même siècle. Toutefois ce vacillement était sans compter sur le regain de popularité toujours croissant de la barbe ou encore de la moustache, remettant les barbiers sur le devant de la scène et les poussant à ouvrir à nouveau des enseignes. Pour notre plus grand bonheur.

Retrouvez tous nos rasoirs de luxe sur notre boutique en ligne en cliquant ici.